Retour

L'ostéopathie : comment ça marche ?

L'ostéopathie pour retrouver une harmonie du corps et de l'esprit

Les ostéopathes du pôle santé Neos reçoivent une formation qui leur permet d'avoir une connaissance étendue des structures corporelles : os, articulations, viscères, muscles et organes. Ils possèdent également un grand sens de l'observation et un toucher très sensible : ces deux qualités sont utiles pour détecter les blocages du corps et les dysfonctionnements les moins apparents.

L'ostéopathie articulaire repose sur deux principes fondamentaux : 

La globalité : lorsqu'une affection est présente dans une partie du corps humain, elle influence toutes les autres parties. Le travail de l'ostéopathe est de rétablir l'équilibre dans tout le corps : il peut donc parfois manipuler des zones éloignées de celle touchée par la douleur (par exemple agir sur le diaphragme pour soulager le dos).
La prévention : l'homéostasie est la capacité du corps à s'autoréguler et à maintenir son propre équilibre. L'ostéopathie est basée sur la prévention des douleurs : grâce à une bonne vascularisation artérielle pour empêcher toute forme de congestion, le corps acquiert de solides barrières contre les agressions extérieures et il arrive à maintenir son équilibre physiologique. 

le meilleur
le meilleur

L’ostéopathie est une profession de santé exclusivement manuelle qui permet de diagnostiquer et de traiter les pertes de mobilité des différentes structures qui composent le corps humain.

C’est une discipline préventive et curative complémentaire de la médecine allopathique et de la kinésithérapie qui s’appuie sur des principes physiologiques et anatomiques des différents niveaux tout en considérant la globalité de l’organisme.

L’ostéopathie connaît une démarche dite « systémique », elle prend en compte les interdépendances des différents éléments et systèmes constitutifs du corps humain (anatomiques, physiologiques), mais aussi des facteurs environnementaux.

  • La main, outil d’analyse et de soin
  • La prise en compte de la globalité de l’individu
  • Le principe d’équilibre tissulaire